Méthode pour arrêter de fumer

Choisir le jour de votre arrêt et se mettre dans les meilleures conditions

Fixer une journée particulière pour changer totalement de mode de vie, un jour J, exige de se soumettre à quelques règles pour garantir le succès de cette date. Vous trouverez plus bas quelques recommandations pour que ce jour J soit planifié de la meilleure manière pour dire adieu à la consommation de tabac.

Délimiter une date

L’aspect à prédéfinir le plus tôt est la date elle-même. Choisir une date permet d’organiser l’arrêt et tous les changements que cela implique. Si aucun jour n’est irréprochable, en se pliant à quelques astuces ci-dessous, on peut arriver à choisir une date qui conviendra le mieux à la personne souffrant d’addiction au tabac.

- Quitte à fixer une date précise, il est courant de lier l’arrêt de sa consommation de cigarette à un anniversaire, celui d’un parent proche notamment (enfant, frère ou sœur, père, mère). C’est particulièrement lourd de signification si la personne célébrant son fête est opposée à la consommation de tabac.

- Cas très courant : le fumeur dépendant préfère choisir une date  durant laquelle il sera en vacances. Ce choix lui épargne en effet la pression du quotidien dans leur travail, leur facilitant l’atteinte d’un certain état  de relaxation. Une personne en état d’addiction au tabac aura tendance à fumer pour décompresser face aux tensions qu’ils subissent, particulièrement en milieu professionnel. En vacances, il peut se permettre de rompre avec ses manies de fumeur.

Le cas inverse est également envisageable : un gros fumeur pourra préférer mettre un terme définitif à sa consommation de tabac expressément hors des périodes de vacances. Ce temps de repose peut en effet être vu comme un appât vers la fête, la détente, l’alcool et tous leurs excès, dont la consommation de cigarette fait partie.

Organiser l’arrêt

En s’efforçant de rejeter complètement son addiction au tabac, le risque de se retrouver avec un vide à combler, autrement dit : de s’ennuyer, est très grand. On ne s’en rend pas forcément compte mais pour un fumeur, sa consommation de cigarette occupe un espace non négligeable dans sa vie. Avoir ces blanc accumulés dans l’emploi du temps, assez conséquent une fois les pauses cigarette éliminées permet d’avoir beaucoup de temps libre. Il faut alors s’arranger pour avoir toujours quelque chose à faire. Du moins pendant assez longtemps pour ne pas pouvoir trop réfléchir ou trop penser à sa cigarette. Des activités aussi simples que s’hydrater ou la pratique d’exercices de respiration peuvent déjà largement occuper les moments de pause que vous consacreriez habituellement à la consommation de tabac. Elles sont en plus bénéfiques à votre organisme.

Être encouragé

Un engagement aussi sérieux que s’arrêter de fumer  nécessite le renfort moral des proches pour pouvoir en garantir le succès. Bien qu’aucune norme obligatoire ne se soit indiquée pour cela, l’idéal est toujours d’avoir l’aide de son compagnon/compagne, d’un ami ou d’un parent. Si ce dernier est aussi sujet à l’addiction au tabac, décider d’y mettre un terme ensemble peut être un facteur de motivation mutuelle.

Adapter son habitat

Dans votre condition de fumeur, vous viviez naturellement dans un environnement où chaque mètre carré de l’espace transpirait l’addiction au tabac. A présent, pour la venue du jour J, il faut faire subir quelques changements à votre logement. Cela passe par l’élimination de tout ce qui peut évoquer la consommation de cigarette (allumettes, briquets, cendriers, pipes). Si besoin un grand ménage peut être opéré afin qu’il ne demeure pas la moindre trace de votre existence de fumeur, des murs, aux linges, aux rideaux.  Tout ceci afin que vous soyez à l’abri du moindre souvenir pouvant engendrer la tentation de la consommation de tabac dans votre maison.

A propos de l'auteur

Fabienne est une hypnothérapeute reconnue pour l'arrêt du tabac. C'est après des centaines de consultations qu'elle décida de créer cette méthode pour répondre au plus grand nombre.